Cours de Kung Fu Ados (11-15 ans)

Un art martial excellent pour développer sa coordination et canaliser son énergie tout en apprenant à se défendre.

Mercredi 17h30-18h30
Vendredi 18h-19h
club-wing-chun-kung-fu
Olivier-George-Prof-Kung-Fu-Enfant

Olivier George

La bio du coach

Olivier est patient et méticuleux dans ses cours. De tempérament calme, il sait être ferme quand nécessaire. Il sait parfaitement transmettre sa passion pour la technique et la beauté du geste.

Questions fréquentes

Chez Fushan Kwoon, nous souhaitons que chacun trouve la formule qui lui convient parfaitement.

C’est pour ça que nous avons plusieurs solutions d’abonnement.

Petit rappel, l’essai est gratuit à Fushan Kwoon.

Quelle que soit la formule, il y a une carte de membre (obligatoire) en supplément à 10€.

Elle permet d’accéder aux entraînements libres de 9h à 22h du lundi au samedi.

Abonnement mensuel

C’est la formule la plus utilisée et la plus appréciée pour sa souplesse!

  • prélèvement tous les 10 du mois
  • sans engagement
  • renouvellement automatique
  • possibilité d’interrompre puis reprendre
  • possibilité de changer de discipline

Il est nécessaire de nous prévenir avant le 20 du mois en cours pour interrompre l’abonnement le mois suivant.

Tarifs:

L’abonnement illimité donne accès à tous les cours proposés à Fushan Kwoon: plus de 50h de cours chaque semaine.

Sinon, l’abonnement classique permet d’accéder à tous les cours de la discipline pour laquelle on s’inscrit.

Nous proposons également un abonnement intermédiaire pour ceux qui veulent pratiquer deux disciplines.

  • Adultes: 60€/mois
  • Etudiants / Demandeurs d’emploi: 55€/mois
  • Enfants: 35€/mois
  • Adultes 2 disciplines: 75€/mois
  • Etudiants / Demandeurs d’emploi 2 disciplines: 70€/mois
  • Adultes illimité: 90€/mois
  • Etudiants / Demandeurs d’emploi illimité: 85€/mois

Abonnement annuel

L’abonnement annuel permet d’économiser un mois par rapport à l’abonnement mensuel. Il te permet de bénéficier de 11 mois d’entraînement au prix de 10.

  • Adultes: 600€
  • Etudiants / Demandeurs d’emploi: 550€
  • Enfants: 300€
  • Adultes 2 disciplines: 750€
  • Etudiants / Demandeurs d’emploi 2 disciplines: 700€
  • Adultes illimité: 900€
  • Etudiants / Demandeurs d’emploi illimité: 850€

Cours à la carte

Pour ceux qui sont moins réguliers, c’est une excellente alternative à l’abonnement.

  • Carte de 20 cours: 300€
  • Carte de 10 cours: 170€
  • Cours à l’unité: 20€

Nous sommes au 11 rue Ernest Laval 92170 Vanves.

Transports en commun

C’est très simple! Il te suffit de venir sur place au 11 rue Ernest Laval 92170 Vanves.

Tu trouveras l’accueil ouvert du lundi au vendredi de 13h à 21h.

Si tu as choisi un abonnement mensuel, il faut prévoir un RIB et une pièce d’identité.

Le premier paiement se fera au prorata du nombre de jours restants dans le mois.

Il est à effectuer le jour de l’inscription.

Nous acceptons les CB et les espèces.

Pas de chèque ni coupon sport, CAF ou similaire.

Tu dois également avoir un certificat médical d’aptitude à la pratique de la discipline choisie.

Pour les mineurs, il faudra avoir l’autorisation parentale remplie et signée par un de ses parents.

Tous les élèves de Fushan Kwoon sont assurés, même pendant le cours d’essai.

C’est inclus dans toutes les formules d’abonnement.

Cependant, certains professeurs souhaitent licencier leurs élèves dans une Fédération pour leur donner accès aux grades et à la compétition pour ceux qui le souhaitent (et le méritent!).

Ton professeur pourra donc te demander de payer une licence à une fédération en plus.

« Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le deuxième meilleur moment est maintenant!« 

Il ne faut pas remettre à plus tard ce qui nous fait du bien.

C’est pourquoi nous acceptons les inscriptions toute l’année!

Les professeurs et les élèves ont l’habitude et savent parfaitement gérer ça.

Pas d’excuse, tu peux commencer tout de suite.

ON T’ATTEND!!!

Chaque discipline possède ses particularités en terme de tenue et équipements.

Tu pourras poser la question à ton professeur lors de ton cours d’essai.

Pour l’essai justement, ce n’est pas très important.

Trouve une tenue confortable, pense à prendre une serviette et de quoi t’hydrater.

Les chaussures portées en extérieur sont interdites sur les tatamis.

Seules les chaussures destinées à la pratique des arts martiaux et sports de combat sont autorisées.

Pas de chaussures de running.

La majorité des élèves s’entraînent pieds nus.

Tu en veux plus?

Que vais-je apprendre?

Le Wing Chun est le style de Kung Fu le plus populaire au monde. Il travaille l’ensemble du corps et apporte donc une excellente maîtrise de ses gestes et de son esprit.

Il développe le coup d’œil et la vitesse, deux qualités essentielles pour réussir à se défendre.

Le cours est ludique tout en restant suffisamment sérieux pour un apprentissage dans les meilleures conditions.

L'histoire de la discipline

L’histoire du Wing Chun

Dans les arts martiaux chinois, faits historiques et légendes s’entremêlent, il est par conséquent bien difficile de faire la part des choses.

Voici donc l’histoire du Wing Chun telle qu’elle était racontée par Ip Man (1893-1972), dernier grand maître de Wing Chun et professeur de Bruce Lee.

Sous le règne de la Dynastie  Ching (1662-1722), le kung fu qui était jusqu’alors pratiqué pour la santé, s’est énormément développé dans le Temple de Shaolin où de nombreux rebelles s’étaient réunis pour préparer le renversement de la dynastie mandchoue.

Dans le temple, le besoin de former d’urgence des combattants amena cinq maîtres connus sous le nom des « Cinq Invincibles » à mettre leurs connaissances en commun pour créer un style de kung fu qui serait plus direct et plus rapide à apprendre que celui de shaolin.

Avant qu’ils aient finit, un traître dénonça les activités du temple au gouvernement mandchou qui le fit détruire. Les « Cinq Invincibles », dont la nonne Ng Mui faisait partie, parvinrent à s’enfuir.

Ng Mui se réfugia dans le Temple de la Grue Blanche sur le Mont Tai Leung où elle assista à un combat inattendu entre un renard et une grue.

Le renard dessinait un cercle autour de la grue dans l’espoir qu’il serait capable de diriger une attaque sur son flanc non protégé. La grue restait cependant au milieu du cercle et se tournait de façon à ce que son buste soit toujours face au renard.

Chaque fois que le renard s’approchait de trop près, la grue parait avec une aile et contrait dans le même temps par une attaque avec son bec tandis que le renard, rusé, comptait sur sa vitesse d’exécution et ses attaques surprises.

Ng Mui observa avec grand intérêt cette lutte qui dura très longtemps mais dont l’issue n’était pas importante pour elle puisqu’elle lui avait donné l’inspiration finale pour créer un nouveau système de combat avec des techniques complètement différentes.

Les principes de base du style furent établis : défense et attaque simultanées pour toucher son adversaire à coup sûr, occuper le centre pour se protéger, utiliser des mouvements courts pour un apprentissage plus rapide et un gain de temps dans l’action.

Pour augmenter la vitesse de réaction face à une attaque, Ng Mui mit au point des exercices de mains collantes (ou chi sao).

Ces exercices permettaient d’accroître la sensibilité des bras au contact de l’adversaire afin d’avoir toujours la réponse adéquate à l’attaque.

En observant des pratiquants maîtrisant parfaitement ces exercices, on a parfois l’impression qu’ils devinent ce que va faire l’autre.

En réalité, leur niveau de sensibilité est élevé au point de parvenir à arrêter chaque action à son origine.

La relève du printemps radieux

Yim Wing Chun dont le nom signifie « Printemps Radieux », était une jeune fille réputée pour sa beauté.

Bien qu’elle fût promise depuis sa naissance à  Leung Bok Chau, un officier local malveillant la demanda en mariage et, quand son père refusa, il le fit emprisonner.

Wing Chun accepta donc sa proposition mais réussi à retarder le mariage.

Ng Mui décida de lui venir en aide en lui apprenant le kung fu pour qu’elle puisse mettre à exécution le plan qu’elle avait imaginé.

Le jour du mariage, Wing Chun annonça qu’elle ne se marierait pas avec un homme incapable de la battre en combat.

Amusé, l’officier releva le défi et elle sortit vainqueur du combat, mais ne puit sauver son père de la rage de l’officier.

Elle s’enfuit alors pour retrouver son maître qui lui enseigna les techniques avancées de ce kung fu.

Plus tard Ng Mui voyagea dans tout le pays, mais avant de partir elle demanda à Wing Chun de développer son kung fu après son mariage. Elle apprit donc le kung fu à son mari Leung Bok Chau.

A la mort de Wing Chun, il donna le nom de sa défunte épouse au kung fu qu’elle lui avait enseigné et le perpétua.

Le Wing Chun contemporain

De nos jours, le Wing Chun est très populaire dans de nombreux pays et ce développement a donné lieu à l’apparition de plusieurs courants dont la plupart proviennent de Ip Man.

Ce dernier ne pratiquait pas un enseignement de masse, ce qui lui permettait de le personnaliser pour chacun de ses élèves.

De plus, le Wing Chun de Ip Man n’a pas été le même aux différentes époques de sa vie et ses élèves n’ont donc pas tous reçu le même enseignement.

D’autre part, arrivé à un certain niveau de compréhension, il apparaît nécessaire de s’approprier le style afin de le faire vivre, de le pratiquer comme un art vivant.

En s’appuyant sur l’histoire et les principes du Wing Chun, tout bon pratiquant a le devoir de le faire avancer, de continuer la démarche initiée par Ng Mui et ses pairs. Ceux qui jugent qu’au nom de la tradition toute évolution est interdite trahissent leur art.

A l’époque, les « Cinq Invincibles » ont analysé et décortiqué les arts martiaux qu’ils avaient à leur disposition, aujourd’hui la richesse dont chacun  peut disposer est bien plus grande, ne serait ce pas du gâchis que de se mettre des œillères et estimer que ce qui a été fait est suffisant ?

D’ailleurs, Bruce Lee qui fut un pratiquant de Wing Chun a suivi ce chemin, il en a reproduit l’histoire, à la différence qu’il a cherché seul et que forcément l’époque étant différente, le résultat le fut également.

L’idée est d’appliquer les principes de base du Wing Chun aux techniques dont on l’enrichit et d’élargir la vision de son art. Attention tout de même à ne pas se lancer dans ce genre de démarche trop tôt.

Le rôle et l’état d’esprit du professeur sont primordiaux, certains, par ego, n’encouragent pas cette démarche de peur d’être dépassé, ils vont même parfois jusqu’à ne pas dévoiler toutes leurs connaissances pour s’assurer de garder leur statut de supériorité technique.

Pourtant, quand l’élève dépasse le maître, le maître peut être fier.